EPIQ - nouvelles
LOGO

Équipe de Recherche en Physique de l'Information Quantique

Atelier international sur la correction d’erreur quantique

Atelier international sur la correction d’erreur quantique



2018-05-30

Du 3 au 20 avril dernier, le professeur David Poulin organisait un atelier sur les Nouvelles directions en correction d’erreur quantique. Cet atelier a réuni des experts internationaux de premier plan dans le domaine de l’information quantique théorique, qui ont fait équipe avec des chercheurs de l’IQ pour relever certains des nombreux défis du domaine. C’est plus d’une vingtaine d’étudiants participants qui ont pu profiter de ces moments pour échanger avec les chercheurs invités.

En plus du volet recherche, l’événement a offert une série de cours éducatifs sur des sujets de pointe en informatique quantique théorique. Les présentateurs et les sujets étaient les suivants :

  • Michael Beverland (Microsoft) — Codes quantiques de couleur
  • Benjamin Brown (Sydney) — Mémoires quantiques auto-correctrices
  • Guillaume Dauphinais (Madrid) — Décodage de codes topologiques
  • Steven Flammia (Sydney) — Physique statistique de la correction d’erreur quantique
  • Tomas Jochym-O’Connor (Caltech) — Codes quantiques éparses
  • Aleksander Kubica (Perimeter Institute) — Stabilité de l’ordre topologique
  • Fernando Pastawski (Berlin)— Codes quantiques holographiques
  • Theodore Yoder (IBM) — Correction d’erreur approximative

Dans le cadre du cours qu’il présentait, Steven Flammia a parlé du lien entre la physique statistique et la correction des erreurs quantiques – la physique d’un grand nombre de systèmes en interaction et la science de la correction des bogues dans les processeurs d’information quantique. ” Ces types d’événements sont importants pour au moins deux raisons. Tout d’abord, les élèves bénéficient de l’interaction avec des experts et de l’apprentissage de ces derniers. Le fait que plusieurs experts donnent des conférences sur des sujets conduit inévitablement à ce que les idées soient expliquées de plusieurs façons différentes et, d’après mon expérience, cela est inestimable pour améliorer la compréhension des étudiants. Deuxièmement, le fait d’avoir un petit nombre d’experts réunis pour tenir un atelier ciblé est formidable parce que nous parlons tous un langage commun.

Ma partie préférée de l’atelier a été de rencontrer des étudiants brillants et des post-doctorants qui travaillent sur des sujets d’information quantique à Sherbrooke. ”

Quant à Guillaume Dauphinais, ses conférences ont expliqué comment les méthodes logicielles peuvent être utilisées pour réduire les erreurs dans un ordinateur quantique. Il faut donc prendre soin d’éviter de corrompre l’information codée dans les états quantiques au moyen d’interactions avec l’environnement. ” Au cours de ma série de conférences à l’atelier, j’ai présenté différentes familles d’algorithmes de décodage qui permettent de corriger les excitations créées par le traitement du bruit sans affecter l’information codée, tant que les processus de bruit ne sont pas trop forts. ”

De retour à son alma mater, il a profité de l’opportunité pour transmettre une partie de son expérience aux étudiants : ” Je trouve ce type d’événement particulièrement utile dans la mesure où il permet de réunir plusieurs experts provenant de diverses institutions du monde entier et d’avoir du temps pour effectuer un travail de longue haleine, plutôt que d’avoir des discussions rapides lors de conférences plus standard. Il permet d’avoir des discussions très intéressantes et éclairantes sur des sujets très spécialisés. C’est aussi une bonne occasion de faire du réseautage et de se tenir au courant de ce qui se passe sur le terrain. Enfin, je pense que c’est une excellente occasion pour les étudiants qui assistent aux conférences d’apprendre des aspects multiples du domaine de la théorie de l’information quantique auprès de divers jeunes chercheurs actifs ayant des antécédents et des points de vue différents.

J’ai aimé avoir des discussions enrichissantes avec mes collègues chercheurs, non seulement sur la science et leurs dernières recherches, mais aussi sur un plan personnel. Comme faire de la recherche scientifique implique souvent de déménager dans un autre pays, d’une autre culture et d’une autre langue, loin de la famille et des amis, je trouve très utile de partager des expériences avec des gens qui l’ont vécu.”

Différents ateliers sont organisés par l’Institut quantique. Restez à l’affût pour découvrir les prochains ateliers ainsi que les chercheurs invités!